• Reine de beauté, ou reine des c…es ? •

Ne rêvons pas, tous les cosmétiques nous vendent surtout du rêve, celui de la jeunesse éternelle. Au-delà du mythe, il y a tout de même une réalité : entre un produit « bio » à la rose par exemple, et un produit de grande consommation à la rose, la différence n’est pas que dans la rose.

Comparaison de trois produits cosmétiques

Vous allez tout comprendre avec ce petit exercice d’analyse d’étiquette :
Un produit à la rose certifié « bio »
Un produit à la rose de marque non bio
Un produit de marque

Analyse de l’étiquette d’un produit à la rose certifié « bio »

Lait crème biologique à la rose

Ingrédients Inci1 : Aqua, Sesamum Indicum Oil*, Glycerin, Cetearyl Alcohol, Simmondsia Chinensis Oil*, Cera Alba*, Ribes Nigrum Extract*, Butyrospermum Parkii Butter*, Glyceryl Stearate, Levulinic Acid, Cetearyl Glucoside, Tilia Cordata Water*, Undecylenoyl Glycine, Squalane, Rosa Moschata Seed Oil*, Capryloyl Glycine, Usnea Barbata Extract, Xanthan Gum, Sodium Hydroxide, Tocopherol, Aloe Barbadensis Extract, Rosa Damascena Extract, Malva Sylvestris*, Citric Acid, Citral, Eugenol, Geraniol, Farnesol, Linalool, Citronellol Inci1 : International Nomenclature of Cosmetic Ingredients

Dans ce produit, il n’y a aucun ingrédient de synthèse industrielle « lourde » ni issu de la pétrochimie, aucun ingrédient potentiellement cancérigène.

Remarques sur les ingrédients

  • Les ingrédients cosmétiques de fin de liste se terminant par « ol » sont des composants des huiles essentielles : bien que naturels, certains peuvent être irritants ou allergènes. Ils apparaissent en très petite quantité, ils font partie d’autres ingrédients déjà cités, mais la législation impose qu’on les note par mesure de précaution pour les personnes très sensibles.
    Certains mauvais esprits pourraient dire que cela fait partie d’une campagne généralisée pour tenter de discréditer les huiles essentielles (comme tous les remèdes naturels)…

L’analyse complète de l’étiquette à visualiser
Dossier spécial « Les Cosmétiques bio : savoir décoder les étiquettes »

Analyse de l’étiquette d’un produit à la rose de marque non bio

MOUSSE de ROSES – Rose 4 Reines – Bath & shower gel

Ce gel douche laisse la peau délicatement parfumée aux effluves frais et veloutés des roses de Grasse, de Bulgarie, du Maroc et de Turquie. S’utilise également en bain moussant.

Ingrédients Inci : Aqua/water**, Sodium Laureth Sulfate, Cocamidopropyl Betaine, Coco-Glucoside, PEG-7 Glyceryl Cocoate, Parfum/Fragrance, Rosa Damascena Extract**, Rosa Centifolia Flower Extract**, Rosa Damascena Flower Oil**, Tocopherol**, Ethylhexylglycerin, Sodium Benzoate, Potassium Sorbate, Methylchloroisothiazolinone, Methylisothiazolinone, Magnesium Chloride, Magnesium Nitrate, PEG-40 Hydrogenated Castor Oil, Laureth-2, PEG-120 Methyl Glucose Dioleate, Citronellol, Benzyl Salicylate, Alpha-Isomethyl Ionone, Geraniol, Linalool, Hydroxycitronellal, Eugenol, Cl 17200/Red 33, Cl 19140/Yellow 5 Lake, Cl 42090/Blue 1 Lake

** Ingrédients d’origine naturelle.

Dans ce produit :
– il y a un certain nombre de produits d’origine naturelle (y compris l’eau, ils sont gentils de le faire remarquer !) ;
– trois des tensioactifs (agents nettoyants) sont corrects, utilisés dans les produits cosmétiques certifiés bio ou naturels ;
– il ne contient pas d’ingrédients qui encombrent la surface de la peau ;
Mais :
– aucun ingrédient n’est indiqué comme étant bio ;
– plusieurs ingrédients sont issus de la chimie « lourde » ;
– il y a plusieurs conservateurs synthétiques ;
– les parfums et colorants sont également de synthèse.

Remarques sur les ingrédients

  • L’ingrédient cosmétique Parfum/Fragrance arrive très haut dans la liste, avant les extraits naturels de rose. Comme il n’a pas d’étoiles, on en déduit qu’il est de synthèse. On se demande donc si l’essentiel du parfum de rose n’est pas justement synthétique. Dommage…
  • Comme pour le lait ci-dessus, les ingrédients de fin de liste se terminant par « ol » sont des composants des huiles essentielles.

Analyse complète de l’étiquette à visualiser
 

Analyse de l’étiquette d’un produit de marque

Après-shampooing Innovation – Fortifiant – MATIERE ET DENSITE

Fibra-CylaneTM + Grenade Cheveux visiblement plus denses, plus épais. Crée une superbe masse capillaire : Chevelure plus abondante et plus épaisse. Matière souple et toucher velours.

Ingrédients Inci : Aqua / Water, Sodium Laureth Sulfate, Coco-Betaine, Sodium Lauryl Sulfate, Sodium Chloride, Glycol Distearate, Niacinamide, Alcohol denat., Saccharum Officinarium Extract / Sugar Cane Extract, Hydroxypropyl Guar Hydroxypropyltrimonium Chloride, Sodium Hydroxide, Aminopropyl Triethoxysilane, Polyquaternium-30, Camellia Sinensis Leaf Extract, Benzyl Alcohol, Linalool, Punica Granatum Extract, 2-Oleamido-1, 3-Octadecanediol, Acrylates Copolymer, Pyrus Malus Extract / Apple Fruit Extract, Pyridoxine HCI, Citric Acid, Methylchloroisothiazolinone, Methylisothiazolinone, Citrus Medica Limonum Peel Extract / Lemon Peel Extract, Hexylene Glycol, Hexyl Cinnamal, Amyl Cinnamal, Parfum / Fragrance (FIL C163107/2)

La rose étant passée de mode en grande surface, j’ai trouvé ce produit « rose » qui contient des extraits de grenade – le nouveau fruit à la mode dans les cosmétiques.
A la lecture de la composition, on découvre qu’il contient aussi des extraits de sucre de canne, de thé (Camellia Sinensis), de pomme et de cédrat (une sorte de citron). Pourquoi ne font-ils pas de pub pour ces ingrédients naturels ? Bizarre.

Tout le reste est de synthèse.

C’est un après-shampooing qu’il faut très très bien rincer, car il contient des tensio-actifs irritants, quelques ingrédients toxiques et toutes les cochonneries habituelles pour ce genre de produits.

Remarques sur les ingrédients

  • La niacinamide, une des formes de la vitamine B3, est connue pour être bénéfique pour les cheveux, car elle favorise l’absorption des acides gras et l’hydratation.
  • Il contient aussi de l’Aminopropyl Triethoxysilane, un ingrédient reconnu toxique sans l’ombre d’un doute (corrosif pour muqueuses respiratoires, peau, yeux toxique pour nerfs, reins, foie).
  • Plusieurs autres ingrédients ne sont pas nocifs dans un shampooing, mais leur fabrication est toxique pour l’environnement et ils ne se dégradent pas, ou très mal.

Analyse complète de l’étiquette à visualiser

L’innovation annoncée consiste, semble-t-il, à ajouter une vitamine et un ingrédient plus nocif que les autres. A éviter, franchement.

Synthèse de l’analyse

  • Les noms de plantes en latin sont les noms des plantes utilisées sous leur forme naturelle.
  • Les noms en anglais indiquent :
    – soit on a extrait une molécule d’une plante ;
    Ex. : Tocopherol** est de la vitamine E naturelle, issue d’une plante, mais c’est une molécule séparée de son « totum » ; Eugenol est une molécule contenue dans une huile essentielle (extraction) ; elle n’a pas été isolée ni rajoutée, mais on l’indique par précaution.
     
    – soit il y a eu une transformation de la plante ;
    Ex. : Coco-Glucoside est un tensio-actif (agent nettoyant) issu de sucre et de noix de coco, mais il est passé par les mains de l’industrie de transformation légère.
     
    – soit il s’agit de synthèse (le plus souvent, une association à une molécule issue de la pétrochimie) ;
    Ex. : PEG-7 Glyceryl Cocoate est un autre agent de surface issu de noix de coco, mais associé à du polyéthylène glycol (PEG) qui est, lui, issu de la pétrochimie.
     
    – soit il s’agit d’une molécule de synthèse pure.
    Ex. : Methylchloroisothiazolinone est un conservateur de synthèse pure.

Faites-vous même le test

Pour vous faire une idée en quelques secondes dans un magasin :
1. Cherchez sur l’étiquette les noms de plantes en latin : Oui ? Non ?
2. Cherchez les PEG, les mots finissant par -icone et -inone, et d’une manière générale, les mots en majuscules (PPG, BHT, EDTA, etc.) : Oui ? Non ?
3. Repérez les Parfum/Fragrance (ce sont des parfums de synthèse rajoutés) : Oui ? Non ?
4. Vérifiez les Cl de la fin de la liste (ce sont des colorants, beaucoup sont synthétiques, certains sont toxiques) : Oui ? Non ?
Si vous avez répondu Oui aux lignes 2, 3 ou 4, OU si vous n’avez pas répondu Oui à la ligne 1, gardez vos sous.
 
A ce propos, un autre article à lire sur le site de l’éconovateur.

Pour en savoir plus sur l’Aminopropyl Triethoxysilane

Pour ceux qui lisent l’anglais, voyez plutôt ici.

Le rapport de toxicité est ici.

Un autre rapport de sécurité (ici) indique que ce produit « ne doit pas pénétrer les eaux de surface ni les sols ». Et où va donc cet après-shampooing quand il est rincé ?

L’Aminopropyl Triethoxysilane sert dans l’industrie du plastique et en biochimie. Il améliore le lien et la fixation d’un revêtement sur une surface (plastique, cheveux…). C’est peut-être le produit “magique” indiqué sur le devant du flacon, le Fibra-CylaneTM, qu’on ne retrouve pas dans la composition (il comprend vraisemblablement plusieurs molécules). Il aiderait effectivement à fixer sur les cheveux les molécules qui donnent du gonflant et du brillant à la chevelure.