Femmes enceintes, sus aux envahisseurs !

On a longtemps cru que le placenta était une barrière étanche, ce n’est pas le cas. Les bébés qui naissent ont plus de cent molécules chimiques mesurables dans le sang. Donc, les mamans doivent se protéger au mieux de ces molécules qui ont envahi nos environnements.

S’informer à la danoise

Comme il est dit dans Demain, tous crétins ?, le Danemark propose à toutes les futures mamans un livret entier avec des conseils pour se protéger des produits toxiques qui franchissent la barrière du placenta. J’ai téléchargé ledit livret : il encourage les parents à acheter des produits cosmétiques, de soin et d’entretien portant un écolabel (comme le Cygne nordique ou les écolabels européens), à éviter les teintures capillaires, les rouges à lèvres et vernis à ongles, les parfums, à aérer un maximum, à faire très attention aux produits en bombe, à bien choisir des plastiques alimentaires, etc., la liste est assez longue…

S’informer à la française

En France, pas de livret sur les risques toxicologiques pour les futures mamans – ça commence bien…
Il existe un livret d’accompagnement des femmes enceintes, mais à destination des professionnels de santé. Rien pour les femmes, elles doivent être trop bêtes, ou alors elles ne savent pas lire, ou alors elles ne savent pas se prendre en charge toutes seules, c’est sûr.

J’ai donc téléchargé le livret destiné aux professionnels. Eh bien, en France, voici la liste des toxiques possibles :
– alcool
– tabac
– cannabis
– caféine
– vitamine A
– poissons sauvages (à cause du méthylmercure qu’ils contiennent)
– phyto-estrogènes (comme le soja, qui peuvent avoir un effet abortif et perturber les hormones de la grossesse)
– phytostérols (margarines, yaourts, boissons lactées)

C’est magique ! Que des produits à base de végétaux, que des produits plus ou moins naturels (mise à part la contamination au mercure des poissons sauvages), rien, absolument rien sur les molécules de synthèse. Génial, elles n’existent pas en France ! Ou si elles existent, elles ne sont pas dangereuses !
Et pourtant, sur une page entière au début et sur quatre pages à la fin, on liste tous les spécialistes qui ont contribué à ce livret et toutes les sources scientifiques. Comme quoi, pas possible qu’ils aient oublié quoi que ce soit d’important. On croit rêver…

Alors, les futures mamans, on passe à l’action

Les industriels de la chimie s’opposent à toute réglementation en faisant le chantage aux licenciements économiques. Mais l’inaction, entraînant une perte de QI généralisée, a elle aussi un coût astronomique pour l’économie : la baisse de QI entraîne une perte de productivité, donc une perte de bénéfices colossale pour l’industrie – l’argent étant le seul langage qu’elle entend.
Donc, signez les pétitions qui vont dans le sens de l’interdiction et boycottez tous ces produits. Une alliance entre des scientifiques, des citoyens et des politiques peut changer le cours des choses.

Pour vous protéger en attendant que la législation évolue, informez-vous. Éliminez au maximum les bisphénols, perfluorés, phtalates, triclosan, pesticides et retardateurs de feu. Et assurez-vous que vous avez suffisamment d’iode dès le début de la grossesse – un geste individuel simple et peu coûteux “pour pallier l’inertie des pouvoirs publics”.

Si vous lisez suffisamment bien l’anglais, vous pouvez par exemple télécharger le livret danois en anglais.

Author: julie

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *