Quand je dis « bio », c’est pour simplifier. En réalité, il existe plusieurs types d’agriculture et d’élevage qui permettent de bien se nourrir sans tout détruire autour de soi. Voyez l’agriculture selon Nature & Progrès, la biodynamie, la permaculture, etc.

Une agriculture pour la vie

Comme nous l’avons déjà dit, bio veut dire meilleur pour la planète et pour le corps, qui sont moins pollués et conservent leur adaptabilité et leurs moyens de défense contre les agressions.

Les sols vivants fourmillent de microbes / bactéries / micro-organismes et autres bestioles minuscules qui « prédigèrent » pour nous le minéral, que nous ne sommes pas capables d’assimiler tel quel.

  • Un sol vivant produit naturellement des composés azotés indispensables à la croissance des plantes.
  • Par l’intermédiaire des plantes, les sels minéraux deviennent assimilables par les animaux et par nous.

Lorsque l’on détruit la vie microbienne du sol à grand renfort de pétrochimie (pesticides, herbicides, fongicides), on est obligé de nourrir artificiellement les plantes… à grand renfort de pétrochimie.

Une agriculture fortifiée et fortifiante

Comme nous, les plantes et les sols ont naturellement certains moyens de se défendre et de s’adapter, un système immunitaire, en quelque sorte. Un organisme vivant au sens large, sol, micro-organisme, plante, animal, être humain, s’adapte en permanence, vraiment à chaque instant, aux variations intérieures et extérieures pour répondre à ses besoins propres et aux agressions.
Ceci s’appuie sur une chimie extrêmement fine et précise, sans laquelle la « machine » a vite fait de débloquer.
Quand il s’agit de la santé des sols, nous n’y prenons absolument pas garde. D’une manière générale, nous n’en sommes même pas conscients ; le commun des mortels est totalement incapable de dire si un sol est en bonne ou en mauvaise santé. Pourtant, la bonne santé des sols est la base de la bonne santé de tout le reste.
C’est pourquoi l’agriculture bio et ses consœurs sont fondées sur le travail du sol qu’elles cherchent à renforcer pour obtenir des plantes en bonne santé.

Testez vous-mêmes un sol bio et naturel

Si vous avez l’occasion de passer par un vignoble bio en plein automne, un matin où il fait bien frais, enlevez vos chaussures et aventurez-vous pieds nus entre les rangées dans l’herbe mi-haute et humide. Vous allez vous rendre compte que le sol est chaud et vous n’aurez pas froid aux pieds. C’est une sensation très inattendue.
Pendant cette saison, les plantes sont au repos. Le sol, lui, est en pleine activité, il bouillonne de vie. Les micro-organismes travaillent à fond pour rétablir l’équilibre du sol qui a alimenté la vigne pendant le printemps et l’été et pour se protéger du froid, servant également de chauffage naturel aux racines des plantes.
Si vous tentez la même expérience dans la vigne voisine qui n’est pas en bio, vous allez vous geler les orteils !

Et la viande bio ?

Il y a pas mal de différences entre l’élevage dit industriel et l’élevage dit bio. Résultat : bêtes faibles et malades, viande pauvre d’un côté, bêtes toniques et viande riche de l’autre.
Les animaux que nous avons domestiqués ont été conçus pour vivre dehors dans la nature et sont sensés manger des aliments bien spécifiques : herbe exclusivement (et un petit insecte au passage) pour les vaches et les moutons, herbe, vers et autres insectes pour les poules, etc.
Il n’est absolument pas prévu que ces animaux mangent du maïs ou des tourteaux de soja. Il n’est absolument pas prévu qu’ils soient entassés dans des bâtiments fermés et qu’ils ne voient jamais le jour ni ne gambadent dans les prairies, se fassent vacciner et soient bourrés d’antibiotiques.
Après, on déplore qu’ils soient malades… Franchement, ça vous étonne, vous ?
Comme ils mangent une nourriture inadaptée, ne font pas d’exercice physique, sont entassés les uns sur les autres (ça ne vous rappelle pas quelqu’un ?), leur système immunitaire ne peut pas fonctionner comme il le devrait et ils tombent malades tout le temps. En vérité, ils naissent malades…
Alors, un conseil, un vrai, un conseil de type « sauve-qui-peut », c’est d’arrêter instantanément et totalement de manger la moindre viande ou le plus petit œuf qui ne soient pas au minimum bio, et surtout, qui proviennent de bêtes qui mangent DE L’HERBE !

Alors faut-il manger bio ? D’autres éléments de réflexion :